www.promptinc.org | English | Les images ne s'affichent pas?
Histoire à succès

 

En mai 2013, la sensibilisation au cancer du sein a considérablement augmenté lorsque l’une des femmes les plus célèbres au monde a déclaré publiquement avoir subi une double mastectomie préventive. Aux dires des médecins, Angelina Jolie avait 87 % de risque de développer un cancer du sein. Armée de cette information, elle a pu prendre une décision proactive qui lui a permis de réduire à seulement 5 % le risque de développer la maladie. Ce geste renforce l’importance du dépistage précoce comme l’une de nos meilleures armes dans la guerre contre le cancer du sein.

Une équipe montréalaise de R-D s’est fixée comme objectif d’ajouter de nouveaux outils à cet important arsenal et ainsi améliorer le dépistage, la détection et le diagnostic précoce de cette maladie. C’est cette quête qui a déclenché la passion d’Emily Porter, une étudiante au doctorat de l’Université McGill. Elle joue un rôle déterminant dans le développement d’un appareil autoadministré de détection du cancer du sein, appelé Tomo-Bra. Cet appareil médical pourrait aider les femmes à détecter très rapidement la maladie, dans le confort de leur foyer. Les citoyens d’ici et d’ailleurs ont un grand intérêt dans cette technologie. Quelque part dans le monde, une personne est diagnostiquée avec le cancer du sein toutes les 19 secondes et une personne en meurt toutes les 74 secondes.

Avec le soutien financier crucial de Prompt et en collaboration avec l’Hôpital Royal Victoria de Montréal et le Centre universitaire de santé McGill, Emily Porter et la Dre Milica Popović de l’Université McGill, ont développé un prototype de soutien-gorge à base de senseurs qui envoient des pulsions dans le tissu du sein, permettant ainsi la détection de très petites tumeurs. Ce prototype fait partie d’un projet d’envergure en R-D de plusieurs millions de dollars, du nom de ATIAS, mené par le Dr Mark Coates de l’Université McGill. Avec le support du CRSNG, de Prompt et d’entreprises de renommée mondiale telles que Telus, IBM et BlackBerry, l’équipe de recherche développe de nouvelles technologies qui visent à fournir des soins de santé plus sécuritaires, efficaces et abordables, dans les hôpitaux et les foyers.

» Lire le cas d'une réussite.

image

Nouvelle

Le Conseil des arts du Canada annonce les noms des boursiers Killam pour l’année 2013 – Un chercheur montréalais reconnu pour ses travaux de recherche en TIC

Cette année, les bourses de recherche Killam ont été décernées à d’éminents chercheurs canadiens qui s’emploient à améliorer l’Internet, à mettre au point des produits pharmaceutiques plus efficaces et plus écologiques, à fournir une meilleure compréhension des enjeux autochtones, et à proposer des innovations dans les domaines de la linguistique, des mathématiques et de la physique. L’un de ces distingués chercheurs est le professeur David Plant de l’Université McGill, un membre actif de la communauté de l’innovation du Québec et un chercheur impliqué dans divers projets de recherche, financés par Prompt, depuis de nombreuses années.

Le Conseil des arts du Canada, qui administre les bourses de recherche, a annoncé cet hiver que six candidats, dont les projets ont su capter l’attention du Comité de sélection national Killam, se partageraient une somme de près d’un million de dollars. Le Comité de sélection se compose de quinze éminents scientifiques et chercheurs représentant un vaste éventail de disciplines. Le but premier du Programme Killam est de soutenir l’enseignement supérieur et la recherche de pointe dans cinq universités canadiennes, ainsi que le Conseil des arts du Canada.

Les bourses, d’une valeur de 70 000 $ par année, pour deux ans, permettent aux chercheurs de se libérer de leurs tâches éducatives et administratives afin de poursuivre des recherches indépendantes.

Les lauréats de 2013 sont :

David Plant, Université McGill
David Plant cherche à contribuer à l’Internet de l’avenir en améliorant les réseaux de fibres optiques qui en constituent l’épine dorsale. Ces réseaux, aux capacités illimitées croyait-on, autorisent une croissance annuelle de 50 à 60 % seulement. Les travaux de M. Plant porteront principalement sur la transmission par fibres optiques et sur ce qui est communément appelé réseaux d’émetteurs-récepteurs photoniques au silicium. Ils permettront potentiellement de repousser les limites de capacité de la prochaine génération d’équipements faisant fonctionner l’Internet.

Allan Greer, Université McGill
Domaine des sciences sociales

Catherine Kallin, Université McMaster
Domaine de la physique

Mark Lautens, Université de Toronto
Domaine pharmaceutique

Jeremy Quastel, Université de Toronto
Domaine des mathématiques

Sali A. Tagliamonte, Université de Toronto
Domaine de la linguistique

Pour lire la suite du communiqué et obtenir de plus amples informations sur l’ensemble des lauréats de 2013, cliquez ici.

image

Nouvelle

Verdir par les TIC !

Article par Olivier Munger, Conseiller en développement de projets chez Prompt

On entend souvent parler de « verdir par les TIC » lorsqu’il est question de souligner l’effet qu’on les technologies de l’information et des communications sur les empreintes de carbones des autres secteurs industriels. Il s’agit d’un concept largement « accepté », mais souvent relativement incompris. Du moins en ce qui concerne la mesure réelle des impacts. Le concept prend graduellement son essor, notamment grâce à la continuelle progression de la présence des TIC dans nos vies, et à des échelles impressionnantes.

Dans le cadre du dernier symposium de l’Union internationale des télécommunications sur les TIC, l’environnement et les changements climatiques, la Corée du Sud a présenté un rapport démontrant explicitement « l’effet de réduction » de 14 services des TIC à l’envergure de la république.

D’abord, l’effet de réduction, ou « abatement effect », est le terme consacré pour désigner les impacts de l’utilisation des TIC dans un secteur « non-TIC » sur son efficacité. Dans le contexte des changements climatiques, l’effet est typiquement quantifié sous la forme d’empreinte en gaz à effet de serre (GES), en tonnes d’équivalents au dioxyde de carbone. On estime que 2% des émissions globales de GES proviennent directement de l’industrie des TIC1, alors que l’on anticipe que l’effet de réduction sur les autres secteurs pourrait atteindre 7 fois la mesure des émissions des TIC2.

On utilise l’équivalent CO2 afin de ramener sur une même base le potentiel polluant d’une multitude de gaz contribuant à l’effet de serre. À titre informatif, le méthane a un potentiel de réchauffement global (PRG) 23 fois supérieur à celui du CO2. L’Hexafluorure de soufre, qui est utilisé par le secteur métallurgique, a quant à lui un potentiel 22 800 fois plus élevé que la CO2.

La présentation de South Korea Telecom3 a démontré qu’il est possible d’utiliser les TIC pour réduire les émissions de GES à l’échelle nationale, et ce, dans un ordre de grandeur important. Dans l’étude en question, les intervenants ont mis en application les recommandations de l’UIT pour l’analyse et la mesure des impacts environnementaux des TIC4 afin d’évaluer le potentiel de l’utilisation de systèmes d’aide à la navigation en temps réel dans la réduction de la distance parcourue des flottes de véhicules. Ces systèmes s’appuient sur les technologies de positionnement global (GPS) et les données de circulation (densité de trafic, travaux, météo, etc.) pour diriger efficacement le trafic. Ces systèmes contribuent notamment à équilibrer les flots sur les divers axes routiers afin de minimiser les temps de transit et l’utilisation sous-efficace des véhicules.

Selon SK Telecom, il serait possible de réduire de près de 600 000 tonnes d’équivalents-CO2 dans une première année d’opération. À plus long terme, l’abattement sur le transport routier pourrait atteindre 3.5 millions de tonnes d’ici à 2020. Et ce, en comptabilisant l’accroissement dans la consommation au niveau des communications. En bref, investir dans les TIC, en argent et en énergie, peut rapporter beaucoup !


1. Étude de Gartner, 2007
2. Rapport GeSI SMARTer 2020, Global e-Sustainability Initiative, 2012
3. He Chang, Manager, Sk Telekom
4. Recommandations L.14xx, Groupe d’étude #5, UIT-T

Nouvelle

Le rapport annuel 10e anniversaire de Prompt gagne les honneurs au Vision Awards 2012 de la League of American Communications Professionals ! – 15 Juillet 2013

Prompt, en collaboration avec ses partenaires Sonya Shorey Consulting et Racine et Associés, sont fiers d’avoir remporté le « Prix Argent » de la compétition mondiale des rapports annuels de la League of American Communications Professionnals, le Vision Awards 2012, pour son rapport annuel 10e anniversaire : 10 ans de bonne compagnie !

Sur plus de 6 000 candidatures, 25 pays et 800 organisations à travers le globe, Prompt est arrivé en 367e position dans le classement mondial, dans la catégories des OSBL de 100 employés et moins, ayant un revenu annuel de 10 à 100 millions de dollars.

La League of American Communications Professionnals (LACP) est une organisation dédiée au support, à la reconnaissance et à la promotion de l’excellence dans le domaine des communications.

Pour plus d’informations sur les Vision Awards 2012, cliquez ici.

Nouvelle

Période de mise en candidature pour le Gala Innovation de l’ADRIQ – 29 mai au 6 septembre 2013

Faites reconnaitre vos succès ou ceux de vos partenaires sans plus attendre !

L’Association pour le développement de la recherche et de l’innovation du Québec (ADRIQ) propose à votre organisation de poser sa candidature dans le cadre des Prix Innovation 2013, dont le point culminant sera le Gala des Prix Innovation, présenté le 21 novembre prochain, sous la thématique Ovation à 35 ans d’innovation !

Cet évènement, le plus prestigieux du milieu de l’innovation technologique au Québec, est l’occasion de faire reconnaitre le savoir technologique et les réalisations de votre entreprise ou organisation. Un nouveau Prix Innovation, Entrepreneuriat Scientifique, permettra d’ailleurs de mettre en lumière les succès des entrepreneurs récemment diplômés.

Posez votre candidature avant le 6 septembre 2013 sur le site de l’ADRIQ.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter Mme Caroline Ventézou à l’adresse courriel suivante : caroline.ventezou@adriq.com, ou par téléphone au : 514 337-3001, poste 108.


partenaires